•  

EPI ECOTOURISME

UNE EDITION SPECIALE SUR LE NOUVEL EPI DES JEUNES DE 3ème
« L’ECOTOURISME : PRESERVONS NOTRE ENVIRONNEMENT »

Connaissez-vous les « EPI » ?

Si vous avez des enfants au collège sûrement ! Sinon, ce sont les « Enseignements Pratiques Interdisciplinaires » pour les classes de 5ème, 4ème et 3ème. Au LFKL cette année, nous avons décidé en classe de 3ème de travailler sur l’écotourisme. En effet, la Malaisie, que ce soit sur la partie péninsulaire ou sur l’île de Bornéo, est réputée pour son patrimoine naturel remarquable aquatique comme terrestre. La préservation des espèces endémiques et des littoraux, en particulier des mangroves, est un enjeu majeur ici !

Quelles sont les modalités de ce projet éco-citoyen?

Du 16 janvier au 18 janvier 2019, nous sommes partis à Cherating avec les 55 élèves de troisième. Les objectifs ?
– Les sensibiliser au respect de la nature.
– Leur faire comprendre l’importance de préserver des écosystèmes essentiels, comme les mangroves.
– Discuter avec eux sur place des impacts positifs et négatifs du tourisme, afin de dégager le contexte et la problématique de l’EPI.

Quels ont été les temps forts de ce voyage? 
– La pratique du surf, une activité sportive permettant de les sensibiliser à la préservation des océans et au respect des règles de sécurité.
– La découverte des espèce endémiques de la mangrove : les élèves ont observé des serpents, des crabes, des lucioles… Ils ont replanté des palétuviers et nettoyé la mangrove de ses déchets plastiques.
– La rencontre avec des membres de l’association trash hero : ils ont expliqué les enjeux et montré comment le plastique pouvait être recyclé en briques pour construire des habitations.
– La réalisation de batiks pour mettre en valeur la beauté du patrimoine naturel de Malaisie.

 

Quelle suite sera donnée à ce voyage écocitoyen ?

Les élèves vont choisir un sujet plus restreint dans le thème et travailler en groupe sur leur projet : mise en œuvre d’une démarche d’investigation avec recherche d’informations et réalisation d’une production concrète au choix. Une partie du travail se fera chez eux, l’autre en classe dans différentes disciplines.
Un autre temps fort sera consacré au nettoyage des abords de l’école.
Enfin, la toute fin de l’année sera consacrée à la finalisation de ce projet, avec d’une part la réalisation d’un diaporama numérique et d’autre part, la préparation à l’oral. Les élèves présenteront en effet leur projet pour l’épreuve orale du brevet (100 points sur 800), ce qui n’est pas négligeable.

Quelle conclusion ?
A titre personnel, le partage de toutes ces activités avec mes élèves et mes collègues est vraiment motivant. De plus, mes collègues et moi constatons déjà la bonne dynamique de travail qui en résulte en classe. Et cela donnera peut-être l’occasion à certains d’entre vous de poursuivre la discussion en famille sur le tourisme durable, qui sait … !

Agnès Fouillet, professeur de SVT.