•  
Lyu Yanxin, famille chinoise
1. Pourquoi avez-vous choisi le LFKL ?

Aujourd’hui, c’est devenu banal d’apprendre l’anglais. En Chine, les enfants ont l’opportunité de pratiquer l’anglais en grandissant, leur situation linguistique n’est pas vraiment privilégiée. Il y a beaucoup de merveilleux endroits dans le monde. Plus encore qu’une langue, c’est un savoir sur le monde qu’ils acquièrent ici, la capacité d’interagir avec plus de gens, de se faire des amis, de mener une vie plus riche. Nous espérons donc qu’elle apprendra une autre langue. Quand on demande à un prof de donner  un cours par semaine, ou qu’on s’inscrit à des activités extra-scolaires… Ce genre de leçons, sans l’environnement culturel qui va avec, c’est pénible et lassant pour les enfants. Le problème, c’est que ça ne marche pas. Alors, on a opté pour l’école française.

Avant de découvrir les écoles françaises, nous avons assisté à plusieurs journées portes ouvertes dans d’autres établissements, ayant chacun leurs avantages et leurs inconvénients. Des langues étrangères comme le français ou l’espagnol figuraient au programme mais quelque chose d’important nous semblait manquer. Le jour où un ami nous a parlé de l’école française, on a tout de suite pris rendez-vous pour une visite. Quand on a rencontré le proviseur, on l’a trouvé très bien. Il nous inspirait confiance et on s’est dit : tant qu’il accepte notre enfant, peu importe que les débuts soient difficiles, on finira par y arriver. Grâce à la prévoyance du proviseur et au soutien des enseignants, mon enfant a maintenant surmonté avec bonheur ses difficultés initiales et a obtenu son examen de langue de niveau A2 au troisième semestre. Elle a eu beaucoup de chance de tomber sur un bon proviseur et de bons profs. Un grand merci du fond du cœur à l’équipe enseignante du LFKL pour son aide !

Elle vient d’entamer sa deuxième année ici. En plus d’apprendre chaque jour des tas de choses utiles sur le plan scolaire, elle participe à des activités extra-scolaires fantastiques, qui donnent aux enfants des tas d’occasions de se produire en public. La plupart des petits Chinois sont timides et n’ont pas l’habitude de se mettre en avant mais à l’école ils ont la chance de disposer d’une scène où monter, en prenant leur courage à deux mains. Il y a aussi beaucoup d’activités sportives. Elle peut en pratiquer chaque jour ou presque. C’est encore ce qu’on préfère. La santé, c’est ce compte le plus, non ? Sans un corps résistant et plein de vigueur, que peut-on attendre de l’avenir ?

Nous sommes tout à fait satisfaits de notre choix de départ. J’espère qu’elle passera en tant qu’élève d’heureuses années ici, qui porteront leurs fruits!